Ne jetons plus, donnons et réutilisons : comment la Boutique sans argent s’inscrit dans l’économie circulaire de proximité

Chaque année, chacun d’entre nous produit en moyenne 390 kilos de d’ordures ménagères et mises au tri et dépose 200 kilos de déchets en déchetterie, selon l’ADEME. 590 kilos de déchets, donc, parmi lesquelles nombre d’objets pourraient être récupérés pour une réutilisation immédiate (rien que pour les vêtements, chaque Français se débarrasse annuellement de 17 kilos d’habits, dont seulement 15% sont collectés, le reste part à la poubelle !) Réduire nos déchets, cela commence par réutiliser et ré-employer les objets qui peuvent encore servir : les appareils électriques que nous avons en double, les vêtements qu’on ne met plus, les objets qui dorment au fond des tiroirs sont autant de choses dont d’autres peuvent avoir besoin. Et ce sont aussi trop souvent les objets qui finissent directement à la benne lors d’un grand nettoyage ou d’un déménagement. La Boutique sans argent propose de mieux utiliser ces biens surconsommés en les donnant. C’est le principe de l’économie circulaire, qui est, toujours selon l’ADEME, « un système économique d’échange et de production qui, à tous les stades du cycle de vie des produits (biens et services), vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement » : avant même que l’objet soit retraité ou recyclé, il peut être tout simplement réutilisé par d’autres. Souvent, on limite ces « autres » à nos connaissances proches lorsqu’on veut donner quelque chose et on ne trouve pas toujours preneur – et si l’on agrandissait ce cercle de dons à des personnes au-delà de la famille et des amis ? Si l’on pouvait donner simplement aux voisins qu’habituellement on ne fait que croiser dans la cage d’escalier ou à de parfaits inconnus qui feraient meilleur usage que nous de cet objet ? C’est tout le défi d’une structure qui permet le don et la récupération gratuite.

Récupérer gratuitement n’est pas nouveau, l’usage existe sur internet depuis des années (un beau travail est effectué notamment par le réseau international freecycle et par les sites donnons.org et recupe.net). Le donneur est directement mis en lien avec les personnes qui souhaiteraient récupérer l’objet pour lequel il a posé une annonce et lui donner une seconde vie. La Boutique sans argent a une volonté supplémentaire : celle de créer un lieu physique de rencontres, où l’on ne fait pas que des transactions d’objets mais aussi des liens entre les personnes. Créer un espace de vivre-ensemble et de solidarités, c’est ajouter à ces objets donnés le lien social dont on manque cruellement à l’heure actuelle. C’est la raison pour laquelle la Boutique sans argent accueillera également des services gratuits et des événements où l’on partagera savoir-faire et connaissances.

4 réflexions au sujet de « Ne jetons plus, donnons et réutilisons : comment la Boutique sans argent s’inscrit dans l’économie circulaire de proximité »

  1. Merci d’avoir créé cette boutique sur Paris mais dommage que cela ne soit pas médiatisé !
    Nous avons tous tellement des choses à donner et partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>