Pourquoi nous avons besoin d’une Boutique sans argent à Paris

Objets gratuits

Parce que La Boutique sans argent, c’est très simple : on amène les objets dont on n’a plus besoin – vêtements, accessoires, équipement, etc. – et on peut récupérer ce qui pourra nous être utile. Gratuitement, sans échange, sans troc, et sans justification.

Parce que les trottoirs parisiens regorgent d’objets jetés et pourtant en bon état, qui auraient été tellement mieux dans un nouveau foyer.

Parce qu’on n’a pas toujours les moyens de pouvoir s’équiper quand on emménage ou quand le frigo vient de lâcher.

Parce qu’on a trop d’objets qui ne nous sont pas utiles alors que d’autres en auraient besoin. Parce qu’on ne peut pas stocker ces objets inutiles dans nos petits appartements – et tant mieux : voici l’occasion de leur donner une seconde vie.

Parce qu’il y a quelque chose de magique à se dire, en entrant dans un magasin gratuit : Rien ici n’est à vendre.

Parce que nous aussi, comme les Berlinois, les Amsterdamais, les Bruxellois, les Copenhaguois, les Viennois, les Athéniens, nous voulons avoir un lieu convivial où amener nos objets et en récupérer gratuitement, qu’on soit riche ou pauvre.

Parce que nous voulons remettre de l’humain là où trop souvent on ne trouve plus que des histoires d’argent.

Parce que donner un objet, récupérer un objet, c’est aussi l’occasion de rencontrer ses voisins et de partager avec eux.

Parce que c’est une alternative à l’achat neuf. Et parce que c’est une alternative à l’achat, tout court.

Parce que nous avons besoin d’initiatives simples et concrètes. De projets qui rendent ces alternatives possibles au jour le jour. Commandez le Kamagra. Beaucoup d’hommes souffrent d’un dysfonctionnement de l’érection. L’achat de Kamagra ici https://kamedef.com/a-propos-du-kamagra.html contenant du citrate de Sildenafil est la meilleure option de traitement pour lutter contre la dysfonction érectile et est considéré par beaucoup comme un achèvement.

Parce que La Boutique sans argent ne sera pas qu’un lieu de dons d’objets, on pourra aussi venir simplement y flâner, y discuter, y organiser des ateliers de bricolage ou y assister à une initiation artistique, parce que nous avons besoin de tels lieux qui nous rapprochent. Et qui soient gratuits.

Parce que nous voulons construire cette aventure ensemble, nous qui sommes conscients de ces raisons, qui sommes interpellés par cette alternative, qui sommes motivés par ces buts – et qui sommes touchés par cette utopie réaliste.

9 réflexions sur « Pourquoi nous avons besoin d’une Boutique sans argent à Paris »

  1. Bonjour!
    Nous vous tiendrons informés ici dès que nous aurons un local d’activité fixe. En attendant, vous pouvez venir nous rencontrer et amener vos objets à la zone de gratuité du Festival des Utopies Concrètes les 27 et 28 septembre sur le quai de Seine (Canal de l’Ourcq) à Paris!
    Plus d’infos sur le festival : http://festivaldesutopiesconcretes.org/
    A bientôt !

  2. bonsoir, j’habite à la réunion et je trouve votre idée géniale . il y a effectivement besoin de ce genre de lieu un peu partout en france .je suivrais de loin l’évolution de votre projet.

  3. Ce genre de lieu existe déjà depuis longtemps dans les divers squats et sont souvent appelés free shops ou espaces de gratuité… A Paris, vous pouvez ainsi en trouver au Stendhal (5 rue Erard, M° Reuilly-Diderot), au Hangar56 (56 avenue Parmentier, M° Parmentier) et certainement dans d’autres lieux occupés.

    Tant mieux si le concept se démocratise, il en faudrait un à chaque coin de rue !
    Bon courage pour cette belle aventure.

  4. Super idée, on en a besoin…. Il n’y a que l’entraide et le partage qui peuvent
    aider beaucoup d’entre nous à l’heure actuelle. Vivement que ça se propage
    de par chez nous (territoire de Belfort)… Merci

  5. Super! A Liège en Belgique il y a, depuis quelques années, des « donneries »(joli néologisme!) qui ont rencontré un franc succès.
    Bravo! J’espère que votre exemple fera boule de neige…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

+ 60 = 66